Santé Numérique

L’axe Santé numérique regroupe une trentaine de chercheurs et enseignants-chercheurs représentant une dizaine d’équipes et dont les recherches s’ouvrent sur des applications en biologie ou en santé. Ces applications peuvent être regroupées selon deux groupes d’objectifs :

  • Modéliser et simuler des systèmes biologiques ou biophysiques complexes, allant de la robotique aux biomolécules, en passant par certains organes (coeur, cerveau, appareil phonatoire) ou certains dispositifs comme les pacemakers ou les tissus biologiques artificiels (Equipes Larsen, Multispeech, NeuroRhythms, Synalp, Tangram, Veridis, Capsid).
  • Modéliser et extraire des connaissances en biologie-santé, à partir de ressources textuelles, imagières, ou structurées, en vue de l’aide à la décision, pour la classification, le diagnostic ou le traitement (Equipes ABC, Bird, Capsid, K, Orpailleur, Sémagramme, Tangram).

Pluridisciplinaire par définition, l’axe Santé numérique est aussi fortement concerné par l’essor de l’intelligence artificielle (IA). Les chercheurs du Loria s’efforcent de toujours mieux comprendre les problématiques de leurs partenaires en biologie-santé et de leur faire connaître de façon pédagogique les méthodes de l’IA (voir par exemple notre site Quid IA Santé). De cette connaissance réciproque naissent des collaborations et des projets originaux à la pointe des problématiques en biologie-santé comme en informatique.

La santé numérique au cœur de la société

Les membres de l’axe transverse santé sont impliqués dans l’écosystème local en participant à de nombreux événements :

Actualités

Exoturn

  • Projet Exoturn, pour l’utilisation d’exosquelettes pour déplacer des patients allongés dans un service de réanimation.

Une équipe pluridisciplinaire de médecins, de chercheurs en robotique et d’ergonomes du CHRU de Nancy, de l’Université de Lorraine, d’Inria, du CNRS et de l’INRS, a collaboré pour fournir des exosquelettes au personnel médical travaillant avec les patients COVID-19 dans les Unités de Soins Intensifs, afin de soulager leurs contraintes physiques.

Visitez le site

Contact : Serena Ivaldi équipe Larsen.

Article – les Echos

Figure 1 : Installation de l’exossquelette Exoturn sur un utilisateur (pendant la période COVID-19)

 

      •  

MuteSpike

  • MuteSpike : modéliser en 3D, simuler et analyser la liaison du virus SARS-Cov-2 à son récepteur ACE2, en vue de l’inhiber.
    Collaboration Equipe Capsid (Université Savoie-Montblanc- IRIM Montpellier).

    Contact : Isaure Chauvot de Beauchêne (équipe CAPSID)


Figure 2 : Modèle 3D de l’interaction du trimère de protéine Spike du SARS-Cov-2 (bronze) avec 3 récepteurs ACE2 (vert) ancrés dans la membrane de la cellule hôte (rose). Passage de la forme inactive du Spike à la forme dépliée active;

 

 

Interface Cerveau-Machine

  • Laurent Bougrain de l’équipe Neurorhythms a presenté OpenVibe, une plateforme logicielle Inria dédiée au design, test et utilisation d’interfaces cerveau-machines lors du workshop OpenVIBE à la Conférence NeuroErgonomics’21 (virtuelle sur GatherTown) 
  • Best student paper award (1st place) to Sebastien Rimbert ,Equipe Neurorhythms lors du workshop Interface Cerveau-Machine de la conference IEEE System, Man and Cybernetics (SMC)2020. Title : “Learning how to generate kinesthetic motor imagery using a BCI-based learning environment: a comparative study based on guided or trial-and-error approaches”
  • More on Laurent Bougrain 

Le métier qui me plait : imagerie interventionnelle

  • 21 mai 2019 : Clap d’argent au Grand Rex à Paris pour un film autour de l’imagerie médicale tridimensionnelle réalisé par la section cinéma et audiovisuel du Lycée Coubertin et présentant l’étroite collaboration entre Erwan Kerrien, équipe TANGRAM, et le professeur René Anxionnat, neuroradiologue au CHRU de Nancy.

Projets de recherche

  • Projet ANR Epi-HLA -2022-2026- MD Devignes et Malika Smaïl, Capsid)  Compatibilité HLA pour la greffe d’organes : des antigènes aux épitopes. , coordination JL Taupin, Laboratoire d’Immunologie, Hôpital Saint-Louis, Paris.
  • Projet ANR GRASP-IT -2019-2023- (Laurent Bougrain, Neurorhythms, coordinateur) : interface cerveau-machine haptique pour la ré-éducation des membres supérieurs après un infarctus. 
  • Projet ANR PreSPIN -2020-2024- (Erwan Kerrien, Pierre-Frédéric Villard, Tangram, coordinateur) : Simulation predictive pour le planning des procédures en neuroradiologie interventionnelle. 
  • Projet MEPHESTO  – 2020-2023- en lien avec le DFKI Digital Phenotyping 4 Psychiatric Disorders from Social Interaction.

     L’objectif : se baser sur l’intelligence artificielle pour identifier et classifier des phénotypes numériques objectifs, et donc mesurables, de ces troubles.

Logo d'Inria